Mythologies | Brainternet Mythologies – Brainternet
Menu

Mythologies

Carlos Castaneda – Le voyage à Ixtlan

 » En toi rien n’a vraiment changé.  » Ainsi se terminait le précédent livre de Carlos Castaneda, (Les enseignements d’un sorcier yaqui). C’est le même sorcier indien, dont Juan Matus, qui constitue la figure centrale du Voyage à Ixtlan. Deux conceptions du monde s’affrontent ici. Elles ont pour enjeu la conscience de l’auteur qui se voit soumis à un déconditionnement intensif, auquel il se prête avec curiosité, tout en s’efforçant de comprendre ce qui lui arrive.
Ainsi s’opère une initiation déroutante à la faveur de laquelle l’Occidental pénètre toujours plus profondément dans le monde mental de son guide. Initiation qui ne va pas sans rébellion, scepticisme, et repentirs, sans parler des terribles angoisses qu’elle impose au néophyte. Initiation qui se poursuivra pendant dix ans et prendra fin sur une illumination qui forme la dernière partie du livre.

Le voyage à Ixtlan


Le comité invisible – A nos amis (2014)

A ceux pour qui la fin d’une civilisation n’est pas la fin du monde ; A ceux qui voient l’insurrection comme une brèche, d’abord, dans le règne organisé de la bêtise, du mensonge et de la confusion ; A ceux qui devinent, derrière l’épais brouillard de « la crise », un théâtre d’opérations, des manoeuvres, des stratégies, et donc la possibilité d’une contre-attaque ; A ceux qui portent des coups ; A ceux qui guettent le moment propice ; A ceux qui cherchent des complices ; A ceux qui désertent ; A ceux qui tiennent bon ; A ceux qui s’organisent ; A ceux qui veulent construire une force révolutionnaire, révolutionnaire parce que sensible… Cette modeste contribution à l’intelligence de ce temps.

A nos amis


Albert Camus – Les justes (1949)

Ne pleurez pas. Non, non, ne pleurez pas ! Vous voyez bien que c’est le jour de la justification. Quelque chose s’élève à cette heure qui est notre témoignage à nous autres révoltés : Yanek n’est plus un meurtrier. Un bruit terrible ! Il a suffi d’un bruit terrible et le voilà retourné à la joie de l’enfance.

Les justes


Anne Sophie Chambost – Proudhon et la norme : pensée juridique d’un anarchiste (2000)

Au-delà de l’apparent paradoxe à envisager les réflexions d’un anarchiste sur le droit, il faut admettre que dans son acception proudhonienne, l’anarchie contient un principe d’ordre. Mais si l’anti-légalisme est une conséquence de l’anti-étatisme de Proudhon, il ne rejette pas l’auteur dans le monde du non-droit ; c’est même tout le contraire puisque, à partir de la critique de la loi, il élargit le champ des sources formelles du droit.

Proudhon 1
Proudhon 2
Proudhon 3
Proudhon 4
Proudhon 5


Utopie – Publications

Recueil de publications  – Un contre-utopie dans L’amérique (L. Guillaud), aspect de la dystopie dans le cinéma hollywoodien depuis 70’s (G. Ménégaldo), figuration du corps utopique dans l’art d’aujourd’hui (J. L. Héraud), l’utopie comme exploration du possible : les stratégies littéraires de Moore et Fourier (J. Beecher), figure de l’utopie et criser urbaine (Weimenburger), l’utopie d’un modèle de l’organisation innovatrice et durable (Y. Pesqueux).

utopie 1
utopie 2